Archives par étiquette : Recherche d’emploi

Témoignage d’une utilisatrice de la méthode SPGC

Un nouveau témoignage que je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager.
Le 12 août dernier, j’ai reçu ce mail d’une participante à un groupe de recherche d’emploi par la méthode SPGC, organisé par l’association Cadres Entraide* dans la région bordelaise.

* Cadres Entraide est une association composée de bénévoles qui, suite à un transfert de savoir-faire, organise depuis 4 ans des sessions d’accompagnement SPGC auprès de demandeurs d’emplois. Les participants bénéficiant des supports en ligne de la méthode.

En voici le contenu :

Bonjour Monsieur Daymand,
J'ai suivi votre méthode grâce au travail de groupe effectué à l'association Cadres Entraide d'Artigues, avec Jean Paul Huet.
Lorsque vous étiez venu pour réaliser une présentation de votre méthode, j'avoue avoir été à la fois complétement séduite, intriguée et forcément un peu dubitative. Je vous passe toutes les interrogations que vous devez entendre sans cesse !!!!
Bref, je me suis mise à fond dans cette méthode, conquise par le fait de pouvoir moi-même décider de mon "sort" professionnel.
J'aurais qu'une chose à dire !!!! c'est un truc de fou !
Passé le cap des appréhensions, on se prend complétement au jeu, fière de décrocher des entretiens, fière de rencontrer des chefs d'entreprises avec lesquelles on entame des discussions passionnantes.
Après ce parcours d'initiation, j'ai effectué deux missions en entreprises, qui ont débouché, pour chacune d'elles, sur une proposition de collaborations de la part des chefs d'entreprise.
J'ai ainsi créé mon emploi (sans répondre à une offre d'emploi !) et j'ai eu envie de travailler en temps partagé avec ces deux entreprises. Ce que je fais donc, depuis la réalisation de mes missions.
Bref, j'ai cru en votre méthode, j'ai travaillé pour y arriver, ça a marché !
Merci beaucoup pour votre travail et votre manière de le présenter, c'est décalé mais pour des gens comme moi, c'est vraiment un super outil et surtout, une possibilité de s'en sortir, car soyons honnête, par le biais "plus classique" je n'y arrivais pas.
Très bonne journée, et au plaisir de pouvoir échanger avec vous,
(Merci de votre ajout sur Linkedin suite à ma demande)
Catherine S…

Inutile de dire que j’ai été très touché et très fier de ce témoignage spontané. A tel point que j’ai demandé à Catherine de témoigner en vidéo. Ce qu’elle a gentiment accepté. Vous pouvez visionner son témoignage ci-dessous.

Nota: Ce que Catherine appelle le Guide général de la méthode qu'elle a utilisé principalement n'est autre que le livre : "Trouvez l'emploi que vous souhaitez sans répondre à une seule offre d'emploi"

En discutant avec elle en off (hors caméra) j’ai appris qu’elle avait d’autant mieux adhéré à l’approche qu’on lui tenait, par ailleurs, des propos défaitistes du genre :
« Mais pourquoi voulez-vous changer de métier ? Vous allez avoir les plus grandes difficultés à le faire et si j’ai un conseil à vous donner c’est de continuer dans la grande distribution dont vous venez. » Ou encore : « Retrouver un emploi en trois mois, vous n’y pensez pas, même pour des candidats jeunes, comme vous, la durée de recherche est rarement inférieure à un an. »

C’est pourquoi, lorsqu’on lui a présenté l’approche SPGC elle a été perplexe. Mais suffisamment intéressée néanmoins pour décider de la tester, en se disant qu’elle n’avait rien à perdre.

Ces échanges off m’ont également permis de comprendre un des freins majeurs à l’adoption de l’approche par les cadres en recherche d’emploi, que j’avais peut-être tendance à sous-estimer (le frein, pas les cadres ! (-:).
Personnellement, j’ai une longue expérience (plus de 20 ans) d’accompagnement des demandeurs d’emploi à cette démarche, et j'ai tendance à croire qu’ils devraient naturellement se dire que c’est plus facile et plus gratifiant que les approches classiques.
Mais en réalité, comme le dit Catherine, cette approche est si décalée par rapport à tout ce que l’on propose par ailleurs, qu’elle paraît irréaliste à première vue.
Et qu’il faut être gonflé (Catherine utilise un terme plus cru) pour croire que cela puisse marcher et pour s’y lancer sans arrière-pensée.
Or, elle le dit très bien et c'est tout à fait vrai, il faut y croire pour que cela fonctionne.
Merci Catherine de m’avoir ouvert les yeux sur ce frein dont je n’avais pas réalisé l’importance. J’espère que votre témoignage va permettre à d’autres d’oser, à leur tour, et de ne pas se laisser arrêter par les apparences.
La plupart de ceux qui l’expérimentent s’accordant après coup sur son efficacité très supérieure aux approches classiques de recherche d’emploi, alors que peu d’entre eux y croyaient avant de commencer.

Merci aussi à Cadres Entraide de participer activement à la diffusion de la méthode SPGC et toutes mes félicitations pour les résultas obtenus (70 % de retours à l'emploi au dernier jour de l'action 2016, soit au bout de 5 mois, ce n'est pas rien !)

Vous pouvez, vous- aussi, dès aujourd'hui, reprendre votre destin professionnel en mains

Pour découvrir des témoignages de nombreux utilisateurs et savoir comment la démarche proactive va vous permettre de reprendre votre destin professionnel en main, remplissez le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez, gratuitement, une vidéo vous dévoilant les principes de fonctionnement de l'approche proactive et une formation séquentielle à la méthode assortie de nombreux bonus, qui vous en révélera, jour après jour, tous les secrets.

Je veux recevoir la vidéo et la formation gratuites

 


 

Profil atypique, elle a réussi son entretien de recrutement

Si vous êtes ce qu'il est convenu d'appeler un profil atypique, autrement dit si vous n'avez pas eu une carrière professionnelle linéaire, ou si vous avez fait le choix de vous reconvertir en cours de route, sans doute avez vous fait le constat que cela vous rend suspect aux yeux des recruteurs. Et que cela peut compliquer considérablement votre recherche d'emploi.

C'est pourquoi, beaucoup de candidats au profil atypique choisissent de rechercher un emploi autrement, en utilisant la méthode SPGC. Si c'est la première fois que vous en entendez parler, sachez qu'il s'agit d'une des rares façons de trouver un emploi conforme à vos compétences et à vos aspirations

  • Sans répondre à une seule offre d'emploi.
  • Sans vous mettre en position de candidat ou de demandeur.
  • En négociant d'égal à égal avec les recruteurs.
  • En n'étant en concurrence avec personne.
  • Et en multipliant autant que bon vous semble les opportunités en un minimum de temps sans être tributaire des offres d'emplois correspondant à votre profil.

Et ce, même si vous êtes senior, jeune diplômé ou si vous avez un profil atypique.

Je vous expliquerai comment vous pouvez découvrir cette approche à la fin de cet article.

Mais ici, à travers le témoignage d'une de ses utilisatrices, nous allons parler d'une vertu inattendue de cette approche inédite:

Elle multiplie grandement vos chances d'être recruté lors d'un entretien d'embauche classique même si vous n'avez pas vraiment le profil requis.

Ce n'est évidemment pas sa vocation première qui est de contourner l'obstacle que constituent pour certains les procédures classiques de recrutement des entreprises. Mais 25% de ceux qui continuent à répondre à des offres d'emploi en parallèle de la démarche, ont soudainement de bien meilleurs résultats. Là où, auparavant, ils multipliaient les candidatures avec très peu de résultats, ils deviennent subitement un "gibier" de choix pour les recruteurs. Au point d'avoir beaucoup plus d'entretiens et d'être recrutés, parfois dès le premier entretien.

Pourquoi?

Avant de répondre à cette question, je vous laisse visionner le témoignage d'Evelyne, candidate au profil atypique qui en a fait récemment l'expérience.

Evelyne a obtenu un entretien dès sa première candidature et elle a réussi à décrocher le poste dès le premier entretien. Alors même qu'aux yeux du dirgeant elle n'avait pas le profil recherché a priori . Et ce n'est pas un hasard.

Ce que n'a pas dit Evelyne parce que ni l'un ni l'autre n'avons pensé à le mentionner lors de l'interview, c'est qu'au moment où elle s'est positionnée sur cet emploi, elle avait une opportunité de mission de plus de 6 mois sous le coude, décrochée en utilisant la méthode SPGC. C'est à dire en démontrant comment sa spécialité, le web marketing, pouvait résoudre une problématique forte et créer ainsi beaucoup de valeur pour une PMI de 80 salariés.

Ce fait est loin d'être anodin car pour elle, cette candidature à une offre d'emploi, n'était dès lors qu'une sorte de défi personnel qu'elle relevait presque uniquement par curiosité. Pour mettre à l'épreuve ses nouvelles représentations. Et pour avoir le choix dans le cas où cela marcherait.

Inutile de dire que le fait d'aller à un entretien sans la moindre pression permet d'être beaucoup plus convaincant. Votre interlocuteur le sent, vous pouvez être vous-même et ne cherchez plus à le convaincre à tout prix, ce qui ne peut que l'impressionner favorablement.

Mais ce n'est pas votre seul atout car, fort de la connaissance des mécanismes de la mobilisation des compétences par les entreprises et grâce aux outils de la création de valeur qui sont au coeur de la méthode SPGC, vous pouvez adopter un positionnement original qui va vous différencier de tous les autres candidats.

Là ou les chercheurs d'emploi classiques vont essayer de vendre leur profil comme on le leur a appris, vous pourrez discuter de la valeur que l'entreprise cherche à créer en faisant ce recrutement. Voire, faire des suggestions originales de nature à optimiser cette valeur et démontrer ainsi votre aptitude à vous positionner en force de proposition.

Dans les entreprises peu structurées (disons les entreprises de moins de 50 salariés qui représentent tout de même 98% de l'ensemble des entreprises françaises) le fait de démontrer que vous êtes capable d'optimiser par vous même (mieux que l'entreprise ne l'avait imaginé) le poste à pourvoir et, le cas échéant, les interactions avec les autres fonctions ou les process globaux de création de valeur, en sortant de votre champ de compétences métiers, est très souvent un facteur décisif de succès.

Certains utilisateurs de la méthode SPGC acquièrent même une telle confiance en eux et un tel détachement, dans ces circonstances, qu'ils n'hésitent pas à faire de l'anti vente. A dire, par exemple, en début d'entretien: "Merci de m'avoir invité à cet entretien. J'en suis presque étonné car, je ne correspond pas exactement au profil que vous avez défini. Il doit y avoir des candidats beaucoup plus conformes que moi à ce profil. Et si j'ai accepté votre invitation, c'est parce que votre entreprise m'intéresse beaucoup et parce que j'ai une question que je brûle de vous poser : Le poste que vous créez est la solution, mais quel est le problème?

Cette façon de procéder permet de détourner le fil normal de l'entretien qui sans cela aurait porté sur votre conformité au profil préétabli, discussion dans laquelle vous êtes un candidat lambda, face à un recruteur suspicieux qui cherche à déterminer ce qui vous différencie, positivement et négativement, des autres candidats.

Elle vous permet d'engager une discussion constructive sur les moyens de créer la valeur attendue et de l'optimiser. Ce qui vous positionne en spécialiste soucieux d'identifier d'éventuels moyens d'optimiser cette valeur.

Mettez-vous dans la peau d'un recruteur. Entre un candidat dont la préoccupation manifeste est de vous convaincre qu'il a bien le profil et un autre qui focalise dès le premier entretien sur la façon dont vous pourriez optimiser la valeur attendue, lequel choisiriez-vous?

Surtout si ce candidat donne l'impression qu'il conditionne son acceptation du poste au fait que vous soyez ouvert à ses propositions.

Voilà les deux raisons pour lesquelles les utilisateurs de la méthode SPGC multiplient leurs chances d'être recrutés en répondant aux offres d'emplois, même s'ils ont ce qu'il est convenu d'appeler un profil atypique. Ce qui signifie simplement, la plupart du temps, qu'ils n'ont pas eu une carrière linéaire et devrait plutôt être considéré comme une preuve d'éclectisme et de capacité à s'adapter.

Notez aussi qu'un tel candidat se met, ainsi en bien meilleure position pour négocier le contenu du poste et de la mission, voire de sa rémunération et de son statut, de façon beaucoup plus ouverte que s'il reste en postion de candidat pur.

Je vous ai indiqué, au début de cet article, que je vous dirai comment découvrir la méthode proactive dont l'intérêt va bien au delà puisqu'elle vous permet de trouver un emploi sans répondre aux offres d'emplois et, par la suite de booster votre évolution professionnelle. Voici comment le faire sans débourser un centime.

Reprendre votre destin professionnel en mains

Pour découvrir des témoignages de nombreux utilisateurs et savoir comment la démarche proactive va vous permettre de reprendre votre destin professionnel en main, remplissez le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez, gratuitement, une vidéo vous dévoilant les principes de fonctionnement de l'approche proactive et une formation séquentielle à la méthode assortie de nombreux bonus, qui vous en révélera, jour après jour, tous les secrets.

Je veux recevoir la vidéo et la formation gratuites

 


 

Témoignage : Recherche d’emploi avec la méthode SPGC

Je viens d'enregistrer un nouveau témoignage d'un utilisateur de la méthode SPGC en mode recherche d'emploi. Après trois ans de galère notre témoin à retrouvé un emploi en quatre mois, simplement en démontrant la valeur qu'il était capable d'apporter. Selon lui, la méthode SPGC est vraiment une alternative avantageuse aux approches classiques de recherche d'emploi.

Voir la vidéo

Reprendre votre destin professionnel en mains

Pour découvrir des témoignages de nombreux utilisateurs et savoir comment la démarche proactive va vous permettre de reprendre votre destin professionnel en main, remplissez le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez, gratuitement, une vidéo vous dévoilant les principes de fonctionnement de l'approche proactive et une formation séquentielle à la méthode assortie de nombreux bonus, qui vous en révélera, jour après jour, tous les secrets.

Je veux recevoir la vidéo et la formation gratuites

 


 

Des nouvelles du front (de l’emploi)!

Deuxième partie de la chronique sur des demandeurs d’emploi utilisateurs de la méthode SPGC.

Il y a quelques jours j’ai commencé cette chronique par une première publication que vous trouverez sur ce blog sous le titre "Et vous où en êtes-vous avec votre recherche d'emploi?. En voici la suite.

Chaque jour leur situation évolue. Bien plus vite que si les candidats étaient restés en attente d’offres d’emploi correspondant à leurs profils. Pourquoi ? Parce qu’ils prospectent le marché latent de l’emploi qui n’est pas celui des offres d’emploi, ni même le marché caché mais bel et bien celui des emplois qui ne sont pas créés par les entreprises. Mais qui ne demandent qu’à l’être pour peu qu’on soit capable de démontrer la valeur qui pourrait résulter de l’exploitation de potentiels que ces entreprises n’ont pas identifiés. Où qu’elles n’ont pas les ressources pour exploiter. Ce qui revient au même.

En ce moment, trois utilisateurs de la méthode SPGC sont en train de conclure sur ce type d’opportunité. L’un d’eux a démontré à un employeur potentiel qu’entre les gaspillages liés à une mauvaise gestion de son entreprise et les potentiels de développement inexploités, il perdait de l’ordre de 300.000 € par an. En lui proposant d’y remédier par des mesures concrètes et crédibles, il a suscité une proposition de collaboration. Et, vous savez quoi ? L’entreprise en question est une entreprise qu’il a délibérément choisie et qui n’a rien à voir avec son expérience antérieure. Il a juste transposé ses savoir-faire en gestion, en management et en organisation à un nouveau secteur d’activité. Et la vision globale que lui a apporté la méthode et ses outils lui a permis d’inclure son projet dans un plan de développement stratégique crédible et attractif.

La seconde, jeune diplômée, en avait assez de faire deux heures de trajet soir et matin (de Rouen à Paris) pour des CDD sans rapport réel avec ses qualifications, alors elle a ciblé une entreprise proche de chez elle et lui a démontré (chiffres en main) qu’il y a avait une alternative à la baisse de ses prix pour conserver, voire accroître ses parts de marché. Et que cette politique passait par la mise en valeur de sources majeures d’avantages concurrentiels dont l’entreprise n’avait même pas conscience. L’approche marketing, centrée sur ces avantages concurrentiels, qu’elle a développée est de nature à améliorer considérablement la rentabilité de l’entreprise. D’après vous que va faire l’entreprise ?

Le troisième, en mission d’expertise depuis une semaine dans une entreprise hi-tech a fait prendre conscience aux dirigeants que leur action commerciale était très insuffisante et qu’il y avait des applications inexploitées de leurs savoir-faire bien plus «juteuses» que les applications actuelles. Il a décidé l’entreprise à participer à un salon et l’a déjà introduite auprès de nouvelles cibles.

Résultat : pas plus tard qu’hier, les associés se sont enquis du niveau de salaire qu’il revendiquerait. Il leur a retourné la question. Ca sent plutôt bon, vous ne trouvez pas ?

Et je ne parle pas (encore) de ce candidat de 55 ans, au chômage depuis plusieurs années, qui a deux missions en parallèle et qui ne sait pas choisir entre les deux entreprises qui lui font toutes deux des appels du pied. Il a même une troisième opportunité de positionnement dans une autre entreprise et ne sait plus où donner de la tête.

Ni de cette autre candidate dont le futur employeur hésite entre plusieurs missions qu’il aimerait lui confier. Elle temporise en disant qu’elle n’a pas encore fini de valider les différents potentiels correspondants. Car elle a bien compris que c’est en mettant en évidence la valeur créée qu’elle optimisera ses marges de négociations. Et que le fait de se faire « désirer » ne peut qu’accroître l’intérêt qu’on lui porte.

Mais qui a dit que c’était la crise ?

La plupart des gens dont il est question ici étaient en recherche depuis pas mal de temps  et ils utilisent la méthode depuis moins de trois mois.

Très prochainement je vais sortir une version «gestion de carrière» de la méthode SPGC pour ceux qui sont en poste et qui aspirent à une évolution au sein de leur entreprise. Cette version diffère de celle axée sur la recherche d’emploi sur pas mal de points.

Plus exhaustive au niveau des outils, elle ne porte évidemment pas sur la prospection des entreprises et elle est conçue comme un levier pour vous donner les moyens de revendiquer et de maîtriser des fonctions plus gratifiantes et mieux payées au sein de votre entreprise. Quelle que soit sa taille et y compris s’il s’agit d’une entreprise publique ou d’une collectivité.

La démarche étant toujours d’identifier de valider et d’exploiter des potentiels de création de valeur pour obtenir une promotion souhaitée.

Cette approche a un autre avantage, c’est qu’avec un peu de persuasion, vous avez toutes les chances de pouvoir la faire financer par votre entreprise qui a tout à gagner à vous aider à développer votre capacité à créer plus de valeur.

 Voilà donc pour les nouvelles du front.  Si vous non plus vous ne voulez plus aller au combat avec des armes datant du siècle dernier, je vous invite à vous inscrire dans la liste des « amis de la méthode SPGC ». Si ce n’est déjà fait bien sûr.

Vous trouverez le formulaire d’inscription au bas de cette page. 

Nous pourrons ainsi discuter, vous pourrez me faire part de vos difficultés, de vos espoirs. Je suis ouvert au dialogue et prêt à vous aider à trouver des solutions pour bénéficier de la méthode SPGC. Sinon à quoi cela servirait-il de faire partie des amis de la méthode ?

Dans l’attente de mieux vous connaître, je vous adresse mes amicales salutations.

Patrick Daymand

PS du 15 avril 2014: A l'issue des 4 mois de formation 8 participants sur 12 avaient trouvé une emploi satisfaisant. Et 4 mois plus tard (fin septembre) le score est de 11 sur 12.

Reprendre votre destin professionnel en mains

Pour découvrir des témoignages de nombreux utilisateurs et savoir comment la démarche proactive va vous permettre de reprendre votre destin professionnel en main, remplissez le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez, gratuitement, une vidéo vous dévoilant les principes de fonctionnement de l'approche proactive et une formation séquentielle à la méthode assortie de nombreux bonus, qui vous en révélera, jour après jour, tous les secrets.

Je veux recevoir la vidéo et la formation gratuites

 


 

Et vous, où en êtes-vous dans votre recherche d’emploi?

Bonjour,

Il n’y a pas tout à fait deux mois, j’ai démarré, avec et pour le compte d’une association d’aide aux cadres demandeurs d’emplois, un dispositif d’accompagnement basé sur la méthode SPGC. Je ne donne pas de noms ni de précisions pour éviter d’interférer avec la démarche des participants.

Le groupe était composé au départ de 12 participants assez représentatifs de la population des cadres en recherche d’emploi. Un jeune diplômé, plusieurs seniors ou en passe de le devenir, la plupart d’entre eux au chômage depuis pas mal de temps, un chef d’entreprise ayant connu des revers et quelques cadres en milieu de carrière qui se cherchent ou qui ne veulent plus subir leur devenir professionnel mais le choisir.

En sept semaines, le groupe a fait pas mal de chemin. Deux participants ont retrouvé un job par les voies classiques (aboutissement de démarches antérieures au démarrage de l’action). Un troisième, senior, est encore en course (en pôle position) pour un emploi sur lequel il a postulé en novembre dernier, la prise de décision étant repoussée de semaine en semaine (cas de figure assez classique sur certains recrutements).

Tous ont bien adhéré à la démarche, intégré les principaux outils et commencé dès la troisième semaine à prendre des contacts avec les entreprises.  Une vingtaine de contacts ont été pris à ce jour. La campagne de prospection est encore loin d’être terminée puisque l’objectif est de 50 à 70 entreprises visitées. Mais ces contacts se sont avérés très qualitatifs puisque 8 de ces 20 entreprises ont fait état de projets ou de problématiques constituant des opportunités de positionnement pour 1 ou parfois 2 participants.

Les missions d’expertise ont commencé dans deux de ces entreprises et vont commencer dans les jours à venir pour 6 autres participants.

La situation actuelle est donc la suivante pour les 10 participants encore en course : 2 participants sont en mission d’expertise dans une entreprise et 6 autres sont sur le point d’en commencer une dans les jours qui viennent.

Un de ces participants a déjà 4 propositions de collaboration intéressantes parmi lesquelles il n’a pas encore choisi. Seuls trois participants n’ont à ce jour pas de véritable opportunité concrète et sont encore dans l’expectative. Parmi eux, sans surprise, le senior qui attend une réponse pour le recrutement initié en novembre.

Le moral des participants est bon, tous reconnaissent l’efficacité de la démarche pour générer des opportunités même si une petite minorité d’entre eux est encore dans le doute concernant sa capacité personnelle à conclure favorablement. Rien que de très normal à ce stade.

Voilà, je crois avoir fait une description assez objective de la situation après 7 semaines de fonctionnement. Je vous tiendrais au courant de l’évolution de la situation au fil du temps et, s’ils sont d’accord, je produirais les témoignages des participants, lorsqu’ils auront aboutit.

Ce qui frappe dans ce constat, c’est la différence de la situation des participants entre le début de l’action et maintenant. Il y a 7 semaines, la plupart d’entre-eux ne savait pas vraiment à quel saint se vouer, ils répondaient mécaniquement à des offres d’emploi mais ne pouvaient ensuite que subir le process de recrutement dans lequel ils ne jouaient qu’un rôle de figurant.

Aujourd’hui, même les plus réservés d’entre-eux ont le sentiment de jouer le rôle principal dans la leur recherche d'emploi dont dépend leur avenir professionnel. Ils peuvent agir, ils créent des opportunités et ont le sentiment de ne dépendent que d’eux-mêmes pour les exploiter. Leur moral s’en ressent assez largement.

Pour finir, je vous donnerai aussi quelques nouvelles de candidats qui utilisent la méthode SPGC en ligne de façon individuelle et pour leur propre compte. L’une d’entre-eux, jeune diplômée en master nouvelles technologies de la communication, lasse de plusieurs années de CDD sous dimensionnés à deux heures de trajet de chez elle, s’est mise au travail il y a un peu plus de deux mois. Elle est en train de conduire sa première mission d’expertise courte dans une entreprise proche de chez elle. Et ses chances d’obtenir un poste conforme à ses compétences et à ses souhaits nous paraissent (à elle comme à moi) très élevées pour la simple raison qu’elle apporte des solutions très performantes à une problématique majeure pour l’entreprise. Là encore, je ne peux en dire plus tant que la démarche n’a pas aboutit. Voici ce qu'elle en dit : "Concernant la méthode SPGC basée sur la proactivité: je n’aurai qu’une remarque à faire: quelle fierté de réussir à trouver un emploi sans candidature, mais en démontrer les compétences et la valeur que l’on peut apporter à une entreprise!"

Quand au dernier inscrit à la Méthode en ligne, un senior, je me contenterais de reproduire les commentaires qu’il a fait sur les deux premières leçons :

"Très riche cette première leçon ! Bien argumentée et bien détaillée. Elle cadre bien la méthode et son déroulement. J’ai compris qu’elle m’apporte ce qui me manque pour faire aboutir mon projet. Je n’ai pas besoin de m’adapter, je n’ai qu’à m’approprier le concept. J’ai trouvé un moyen de donner vie à mes envies. Je peux passer à l’action. Ca renforce ma confiance. Merci, Patrick, pour cette aide."

"Ça y est ! Je viens de terminer la seconde leçon. Très riche en argumentaires et très complète. Je vais préparer mes outils à présent. Les idées s’ordonnent naturellement dans mon esprit et j’ai envie de passer à l’action. Le terrain est débroussaillé. Les pistes s’ouvrent devant moi. Les outils sont pertinents et bien pensés."

Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de vous faire suivre un commentaire émanant d’une autre utilisatrice senior qui se sert de l’approche dans le cadre du développement de son activité indépendante (car c’est une application tout à fait possible et pertinente de la méthode) :

 "Après une recherche d’'emploi classique et infructueuse, je reçois toujours des « offres » par mail de la part d’organismes habilités. Je ne les ouvre quasiment plus de peur de retomber au Moyen-Age, sentiment d’ailleurs exacerbé depuis que je travaille avec la méthode SPGC (bientôt 7 semaines). La méthode SPGC est non seulement complète dans ses outils mais surtout dans sa vision à la fois moderne et intemporelle de l’entreprise. Un vrai lieu d’apprentissage au sens large."

Et vous, où en êtes vous dans votre recherche d’emploi ?

Si vous voulez en savoir plus sur l’approche, inscrivez vous dans ma liste de diffusion grâce au formulaire que vous trouverez ci-dessous.

Vous recevrez, gratuitement, une vidéo vous dévoilant les principes de fonctionnement de l'approche proactive et une formation séquentielle à la méthode assortie de nombreux bonus, qui vous en révélera, jour après jour, tous les secrets.

Je veux recevoir la vidéo et la formation gratuites