Témoignages de jeunes docteurs de l’Université (Dispositif D3P)

D3P (Docteurs porteurs de projets en PME) est le nom d'un dispositif organisé par l'Université de Bordeaux 1 pour accompagner la reconversion professionnelle de jeunes docteurs de l'Université (Sciences et sciences de la vie). Ce dispositif financé par le Conseil Régional Aquitaine et la DIRECCTE Aquitaine, s'est déroulé en 2010. Animé par Patrick Daymand, il s'appuyait sur la Méthode SPGC. Les participants avaient, en moyenne, plus de 12 mois de chômage (aussi curieux que cela puisse paraître, les jeunes docteurs qui n'entrent pas dans les labos publics de recherche ou dans l'enseignement ont parfois de grosses difficultés à trouver un emploi dans le secteur privé). 80% d'entre-eux ont trouvé un emploi à l'issue de la formation. Dans la majorité des cas, cet emploi comportait une mission de R & D.
 
Témoignages:
D3P a été pour moi une occasion unique de faire la transition entre ma carrière commencée à l'université (thèse suivie de 2 post-docs de 2 ans chacun) et ma décision de me reconvertir vers le privé. J'appréhendais de faire le grand saut, et grâce à D3P, j'ai pu me familiariser avec le milieu entrepreneurial dans les meilleures conditions qui soient. Maintenant, je sais comment aborder une entreprise, je suis sensibilisée à la manière de réfléchir des dirigeants, en particulier le côté économique/financier qui est complètement occulté à l'université. Je suis également beaucoup plus à l'aise au téléphone, un atout très plus utile en toutes circonstances. En face d'un chef d'entreprise, j'ai du répondant et des arguments, et  je suis très confiante pour la suite.
Martine C (28 ans, chimiste)
Je suis entré dans le dispositif en novembre 2009, je suis docteur en Biologie. J’ai eu connaissance de cette formation par l’intermédiaire de l’ANPE. J’ai rencontré Mr Daymand qui m’a expliqué la nature du dispositif ainsi que la méthode employée.
Deux choses m’ont séduit pour participer à ce dispositif; la première était de se retrouver avec d’autres docteurs ayant la même problématique que moi, c’est à dire comment valoriser nos compétences pour avoir un job. La seconde était la méthode proposée ; je l’ai trouvée intelligente et innovante.
Au cours de la formation, nous avons mieux compris le fonctionnement des PME, leurs forces et leurs faiblesses. Peu à peu, notre façon de voir les choses a changée; nous n’étions plus des demandeurs d’emploi, mais nous avions appris à créer notre propre emploi. Ce dispositif nous a enseigné la façon d’apporter une plus-value à l’entreprise pour l’inciter à nous embaucher puis à nous garder. Cette formation ne m’a pas seulement permis d’obtenir un travail mais elle m’a aussi permis d’avoir une démarche intellectuelle qui me servira dans toute ma vie professionnelle soit pour évoluer ou, le cas échéant, pour changer d’entreprise. Au regard de ce que j’ai appris, je ne peux que conseiller de suivre cette formation.
Christophe L (Biologiste, 30 ans)
 
Le dispositif D3P a été bénéfique sur plusieurs niveaux.
Sorti d'une école d'ingénieur en génie industriel en 2003, je me suis orienté vers une carrière dans la recherche et ai obtenu un doctorat en 2007. M'apercevant un peu tard que ce choix n'était pas judicieux, j'ai tenté un retour au monde plus classique de l'entreprise. Après un an de recherche d'emploi infructueuse, j'ai réalisé mes lacunes:
  • un manque de vision objective des enjeux des PME, évaluant les projets par leurs retombées scientifiques et non économiques.
  • une absence de réseau dans ce monde, évoluant depuis plusieurs années dans le réseau universitaire.
  • une incapacité à me mettre dans la position soumise d'un demandeur d'emploi, habitué à gérer des projets et à être en situation dominante dans la plupart de mes activités.
Le dispositif m'a permis de combler ces lacunes au travers de la mise en place:
  • de modules de formation adaptés, encadrés par des instructeurs issus des domaines concernés et dispensant leurs connaissances en parallèle de leurs activités professionnelles.
  • d'un réseau tissé au travers de contacts directs avec des dirigeants de PME locales, souvent consolidés par des périodes de détachements dans leurs entreprises.
  • d'une position active de consultant, à l'opposée de la position classique, passive et inconfortable, de demandeur d'emploi.
En plus de ces points, un effet essentiel de ce dispositif a été de mettre fin à l'isolement social associé à une période de chômage prolongée. L'ambiance quotidienne de travail et de bonne humeur est l'une des principales caractéristiques de ce dispositif.
Je recommande ainsi ce dispositif et la Méthode SPGC à tout docteur désireux d'intégrer efficacement et rapidement le monde des PME.
Mathieu M (Docteur en automatique)

J'ai complètement atteint mes objectifs, même plus car moins d’appréhension à être amenée un jour à changer d’emploi que ce soit de gré ou de force. La méthode SPGC offre de nombreuses possibilités de rebondir.Même plus car je ne pensais pas décrocher un poste de développement d’activité si rapidement dans ma carrière…qui plus est sur la région bordelaise !Processus de recrutement où on se sent à l’égal de l’employeur et donc très valorisanteLe beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière, c’est possible avec cette méthode de recherche d’emploi !

Delphine D (Ingénieur)

Partagez sur les réseaux :

Une réflexion au sujet de « Témoignages de jeunes docteurs de l’Université (Dispositif D3P) »

  1. Cristina

    Bonjour, je suis docteur en sciences humaines et en recherche active depuis quelques mois. Vos témoignages sont très intéressants et clairs. Il est toujours bien et valorisant de communiquer avec des pairs et de voir leurs réponses aux situations similaires. Je m’y reconnais et cela me donne beaucoup d’idées de réflexion et d’action. Merci!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *